Téléphone : 06 70 01 85 97

Business : comment s’enrichir de ses échecs ?

Business : comment s’enrichir de ses échecs ?

Business : comment s’enrichir de ses échecs ? Il n’y a pas d’échec mais des apprentissages. Pourtant cette expression véhicule un autre message. N’importe qui peut effectivement rencontrer l’échec dans son parcours et l’accepter en gardant tous ses moyens. Or, nous avons tous également connu des moments de doutes, d’échec où le sentiment d’abandon ou la honte prend le pas sur nos objectifs.

Business : comment s’enrichir de ses échecs ?

Malgré ces sentiments d’échec, certaines personnes parviennent à avancer et à tourner ce qui pouvait au départ être considéré comme négatif en quelque chose de constructif. Quelle est leur force ? Même si la chance intervient parfois pour donner un nouvel élan à notre destin, pour certains leur avancement est le fruit de longues années de travail et de labeur. Aussi les « méritants » imaginent être à l’abri des situations d’échecs. Et pourtant en quoi le fait de « travailler dur garanti « le succès ?

 

Autant être clair et net : notre société européenne n’accepte pas l’échec, souvent jugé comme néfaste, improductif. . Que vont dire mes partenaires ou mon boss si je me « plante » ? Cet angle de vue entraîne la limitation des prises de risques, des initiatives.

La peur de l’échec et ses tabous produisent ce genre d’attitude contre-productive dans le business !.

« L’échec c’est très grave en France et cela te suit  »  disait Steve Jobs, je vous invite à voir en video son’analyse en 1984 sur les origines de la fragilité du business en France.

Quand on réussit une action, on est satisfait de soi. La réussite nous offre donc souvent un sentiment de satisfaction. Alors qu’en est-il avec l’échec ? Comment réagit-on ? Comment s’enrichir de ses expériences d’échec ?

Les étapes de « l’envahissement » de l’échec dans le Business

Mettre sous tapis les échecs

Au départ, l’échec est le résultat d’un nombre d’actions qui n’ont pas fonctionné comme on le voulait initialement. Il est commun de mettre sous le tapis  l’échec en gardant la face «  de l’optimisme » et  se disant demain cela ira mieux. Hors en ne changeant rien dans les attitudes de travail, les déceptions continuent à s’accumuler.

Limiter les initiatives et prises de risques

Pire, les capacités d’initiatives et prises de risques dans son environnement professionnel s’amenuisent  afin d’éviter  les émotions désagréables, son propre jugement ou « l’évaluation au marqueur rouge  » des décideurs.

En l’absence d’ un management ou de soutiens éclairés tout à chacun  peut tomber dans une dévalorisation excessive et contre-productive pour l’entreprise

L’insatisfaction personnelle et celle de nos collaborateurs continuent de grandir jusqu’à la douche froide de l’inavouable « échec » ou encore l’évaluation annuelle perçue comme un tribunal.

L’échec entraîne perte de confiance dans son rôle et émotions intenses

On se retrouve très souvent abattu, vexé de ne pas avoir réussi à surmonter les obstacles pour atteindre nos objectifs.

Le piège de l’erreur et de la responsabilisation individuelle se referme avec des émotions de colère, de déprime ou en se disant  « c’est de la faute des autres ». 

Une petite voie se demandant « Suis-je valable à ce poste professionnel ? » ou une perte de motivation et de confiance en soi excessives sont des indicateurs de la nécessite de comprendre et de changer sa relation à l’échec.

L’attitude positive et le questionnement face à l’échec

Une relation constructive à l’échec permet de faire une pause, de nous arrêter quelques instants sur notre vie, sur nous-mêmes. Puisqu’on a réussi à ne pas y arriver, ne devrait-on pas réfléchir à l’enseignement :

Le questionnement positif face à l’échec

Qu’est-ce que cette expérience cherche à nous apprendre ? 

Suis-je réellement seul responsable de cette non-réussite ?

Quel est l’enjeu de cet « échec » en comparaison à ma vie, à l’ensemble de ma carrière professionnelle, à mes ambitions ?

 En quoi le fait d’échouer dans un challenge  prouve-t-il que je suis mauvais ou condamnable par mes collègues ?

Et là, on n’est plus dans une notion d’échec au sens limitant du terme. L’échec est donc un moment qui permet d’analyser et de comprendre une situation donnée. L’échec constitue une de nos plus grandes leçons de vie.

Comprendre l’échec pour mieux anticiper les prochains échecs ?

Après avoir analysé la situation, on est  peut-être dans la tristesse, dans des peurs ou encore en colère contre soi-même pour ne pas avoir été capable d’anticiper les difficultés.

  • Il s’agit d’apprendre à accepter les choses telles qu’elles sont et à rester positif sans vous juger, ni vous rabaisser indéfiniment.
  • Certes vous avez échoué dans cette étape mais peut-être que vous avez réussi plein de choses en même temps ?
  • Prenez des notes par écrit pour pouvoir mieux comprendre ce qui s’est passé. En écrivant, vous saurez mieux accepter votre part de responsabilité et surtout apprécier vos sentiments.
  • Vous pouvez également vous permettre de revisiter vos ambitions afin de retrouver  du sens dans votre «  business » et relativiser les échecs.
  • Finalement qu’est-ce que cette expérience veut vous apprendre ? et à partir de là prenez un engagement, fixez un objectif à travers cet apprentissage pour faire grandir votre endurance et réaliser vos ambitions.

Partager vos échecs

Pour connaître de nouveau le succès, il est également essentiel de pouvoir parler pour dédramatiser ce qu’il vient de vous arriver. Partagez vos erreurs pourrait-on dire ? A condition d’être responsable de vos erreurs ? Ce n’est pas toujours le cas. Très souvent, on se rend compte qu’on n’est pas le seul à souffrir de la frustration de l’échec et de s’affliger d’erreurs qui ne nous appartiennent pas.

Osez parler de l’échec et partager les bonnes pratiques

Peut-être que certains de vos collaborateurs, mentors ont déjà connu ces situations d’échec ? ou encore des entrepreneurs ayant vécu la faillite ? Comment s’en sont-ils sortis ? Comment n’ont-ils pas baissé les bras ? Dans tous les cas, vous apprendrez à apprécier leurs propres expériences, conseils et recommandations. Vous pouvez ainsi avoir une autre vision de l’avenir et porter vos expériences différemment.

Les exemples sont nombreux dans les parcours d’entrepreneurs à avoir connu l’échec. Ainsi M Walt DISNEY a été licencié pour manque de créativité par son premier employeur !  A mon meilleur ennemi je ne souhaiterais pas de vivre un dépôt de bilan mais  j’en suis sorti fortement grandi me confiait un entrepreneur. 

Il semblerait que les Hommes qui ont des succès savent que «  les errances et les échecs ne sont que des étapes. »

Selon Confucius « l’important n’est pas de ne pas échouer mais de s’élever à chaque fois que l’on échoue ».

Cette phrase met en avant l’importance de notre démarche personnelle dans notre « Business ».

Avez-vous connu des expériences d’échec ? Et comment avez-vous fait pour persévérer sur la voie de la réussite malgré tout ?


Laisser un commentaire

Derniers articles